05/09/08

Telles plaies, pensées ne se rapprochent pas. Tête–plaie ne ferme pas, et dans la bouche saignent coupures. La bouche saigne davantage parce que c’est la partie du pas facilement. Pensées réouvrent cicatrices et ferment guérison. Vous, à la tête d’un être maintenu, m’aidez à diminuer coupures, au visage, à bouche. Bouche est riche en régions coupées et plaies à un clou. Adhésif spécial peut être papillon.
Posté par l_robin à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04/09/08

In museum

Posté par l_robin à 17:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04/09/08

Monument to lego

Posté par l_robin à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04/09/08

Tête-espace, souvent aux dimensions d’une pensée seule. C’est piédestal dans maison, colonne de silence dans arbres. J’érige non destination. Je porte monuments. Je cherche tiret et syntaxe. Je déplace le nu. Nous = os nus. Je pense à vous. Monument est aussi votre absence, sol de la solitude.
Posté par l_robin à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03/09/08

Et dans ce Oui partout fermé des fleurs Nouveau départD’une peine poussant Oui disparition Oxymore tristesseDe la beauté de la disparition De la beauté Aujourd’hui comme soir fermé Nouveau départ D’une peine aux paupières Et làPaupières et fleurs Cela finira plus fermé Aujourd’hui commeFleurs et pleursTon absence s’accumule  Fleurs poussant dans peinePar terre de larmesGrave itération P et F avant l’heure ... [Lire la suite]
Posté par l_robin à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27/06/08

14 mars 2008. A ton corps se relie la pluie dans la faiblesse des fois et avec elles l’homme de toutes les possibilités comme chacune des îles et l’effet d’un arrachement. Tu es coupé. Inutile l’aura-monument-silence ouvert, c’est un naufrage. Tu t’approches et tu parles de l’absence diffusant, tu parles toujours d’un remorqueur. Dans ton corps, tu t’envahis de toi-même et le jour est un espace inconsolable. Il n’est plus. Le 16 mars tu parles toujours des blanches dérives de l’ennui, naufrage, tu parles de la tête... [Lire la suite]
Posté par l_robin à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26/06/08

« Je suis une faute » : par les fissures je pouvais néant répéter tête mauvaise sur corps animal. Imparfait imparfait. Car le temps est et sera toujours celui de la loi trouée par la chaleur des autres. Prononcer autre : ce sera toujours l’avenir. Ma loi fera toujours la toupie aux soleils des autres, brûlée par l’en face, dépossédée par la hauteur, mais répétée, ma voix-jalousie, ma voix-coupée, sans cesse relancée dans l’en face, sans personne, aura la tête d’humilité.
Posté par l_robin à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23/06/08

Posté par l_robin à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23/06/08

Posté par l_robin à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23/06/08

Posté par l_robin à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]